Rosier grimpant : comment le cultiver et l’entretenir ?

Le rosier grimpant est un excellent arbuste pour embellir votre jardin. C’est une plante généreuse, et elle fournit de belles fleurs de roses, souvent extravagantes. Lorsqu’il est planté dans une arche, au pied d’une pergola ou qu’il couvre le chemin, il crée un espace de tranquillité aux senteurs douces et apaisantes. Il est tout aussi facile à cultiver que le rosier, c’est pourquoi c’est une plante accessible aux jardiniers qui débutent leur carrière.

Le rosier grimpant ne grimpe pas vraiment tout seul contrairement à la vigne vierge ou à la clématite. Pour sublimer une pergola ou une arche, il doit être relié à une structure car il s’étend au point de finir par remplir un espace à la verticale.

Planter des rosiers grimpants

Où peut-on le planter ?

Le rosier est une fleur qui tolère le soleil. C’est un point fort de ces rosiers, qui poussent en hauteur et peuvent donc voir le soleil plus facilement. Ne placez pas votre support sur des murs ou des parois orientés vers le nord et l’est. Sachez que le soleil n’est pas synonyme de canicule qui pourrait causer des brûlures aux fleurs et au feuillage. Au sud, une exposition à mi-ombre pendant les jours les plus chauds de l’été est recommandée.

Comme pour tous les rosiers, les grimpants sont particulièrement concernés par les sols trop humides en hiver, mais aussi par les sols calcaires. Choisissez un sol bien drainé en hiver mais frais en été.

Les rosiers grimpants ont besoin d’un support vertical. Il peut s’agir d’un treillis ou d’une grille de fils suspendus au mur, mais aussi d’une tonnelle, d’une pergola ou d’un abri de jardin, d’une clôture, d’un poteau ou d’un arbre, etc.

Les petits rosiers grimpants sont capables de pousser dans un récipient plus grand (mais ce n’est pas leur choix).

Quand faut-il placer le rosier grimpant en terre ?

En pot, les rosiers grimpants peuvent être plantés toute l’année, à l’exception des périodes de sécheresse ou de gel.

S’ils sont achetés à racines nues, les plants doivent être plantés tôt en hiver pour leur laisser le temps de développer leurs racines avant l’été suivant.

Comment le planter ?

Créez un trou au moins trois fois plus grand que la taille de la motte, ou de la touffe. Le rosier grimpant aime la terre meuble pour laisser ses racines se développer et se fixer dans le sol. Une profondeur de 40 cm est toutefois suffisante. Le sommet ou le collet de la motte doit être au même niveau que la surface. Vérifiez-le avec une main ou un bambou jeté au-dessus du trou. Ensuite, remplissez tout le trou et tassez avec un matériau léger.

Avec l’inévitable surplus de terre, faites un boudin allongé autour du premier trou. Le boudin retiendra le liquide et facilitera son infiltration dans le sol jusqu’aux racines. Veillez à arroser les rosiers immédiatement après la plantation, même s’il pleut, afin de mettre la terre en contact avec les racines. Au minimum un grand récipient d’arrosage par rosier.

Lorsque vous plantez sur un mur ou au pied d’un arbre, le rosier grimpant doit être planté à au moins 50 centimètres de la structure. Il bénéficiera de plus d’humidité et n’entrera pas en concurrence avec la racine du support.

Il est important de savoir que le pralinage des racines consiste à les immerger dans de la boue liquide pour créer une émulsion qui les empêche de sécher une fois qu’elles sont dans le sol. Cela permet la libération rapide de nouvelles racines. Il y a bien longtemps, ce pralinage était réalisé à partir de bouse de vache et de terre argileuse. Aujourd’hui, c’est une poudre facile à trouver dans le commerce, que l’on peut diluer en ajoutant de l’eau. Elle est tout aussi efficace, mais elle n’a pas d’odeur ! Cette opération de taille ne s’effectue que pour les rosiers grimpants qui n’ont pas de racines, juste avant la plantation et après avoir immergé les rosiers dans l’eau.

Comment tailler les rosiers grimpants ?

La taille du rosier grimpant est indispensable pour limiter l’extension du support du rosier, pour réduire la taille de la plante et pour favoriser la circulation de l’air à l’intérieur de la plante (indispensable pour éviter la propagation des maladies) ; à son tour, elle permet de favoriser le développement de nombreux boutons floraux. Les rosiers grimpants s’épanouissent mieux sur des branches dressées horizontalement ou de manière oblique. La sève monte plus lentement et, par conséquent, profitera à tous les bourgeons des branches qui, une fois alimentés, produiront des branches secondaires qui porteront toutes des fleurs.

La taille des rosiers grimpants s’achève en mars, après la dernière forte gelée :

  • Commencez par abattre à la base les arbres morts, mal mis ou extrêmement vieux.
  • Les branches restantes doivent être attachées au support, soit en les inclinant à 45 degrés, soit en les plaçant à l’horizontale. Si nécessaire, coupez les plus anciennes, en répartissant toutes les branches sur le support. Espacez-les de 30 à 50 cm.
  • Sur ces branches formées, supprimez toutes les branches secondaires qui se trouvent au-dessus du deuxième bourgeon.

5/5

4/5 - (709 votes)

Livio

Inspiré par les grands espaces et ses nombreuses aventures, Livio vous livre des conseils pratiques pour sublimer votre jardin et prendre soin de toutes vos plantations !

Partager cet article

Sharing is Caring

Help spread the word. You're awesome for doing it!