Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 22 juin 2018

Équilibre instable


Pas de doute, la profession agricole et alimentaire française peut être fière de s’être dotée d’un observatoire de la formation des prix et des marges. Ses analyses se révèlent particulièrement utiles dans les débats qui la traversent, pour une recherche d’une juste répartition de la valeur et d’un rééquilibrage en faveur des agriculteurs. Le rapport 2018 montre à quel point le culte du pouvoir d’achat du consommateur a été érigé en dogme, et la guerre des prix entre grandes enseignes fait des ravages.

Depuis sept ans que l’observatoire existe, on observe une stabilité à toute épreuve de la majorité des prix des produits alimentaires. Pourtant, à l’autre bout de la chaîne, les variations des prix des produits agricoles s’amplifient. D’ailleurs, les agriculteurs ne sont pas toujours les seuls à encaisser les chocs, c’est aussi le cas des transformateurs dans certaines filières.

Quand on fait ce constat que rien ne peut perturber le prix final au consommateur, on peut douter de la capacité du gouvernement à atteindre son objectif : repartir des coûts de production pour construire le prix de vente des matières premières et les répercuter tout au long de la chaîne jusqu’au consommateur ! D’autant que le rapport laisse penser que les nouveaux services qui se développent, comme la traçabilité ou les coûts induits par une plus grande segmentation des produits, sont majoritairement financés non pas par les distributeurs, qui ne bougent pas leur marge, mais par les agriculteurs et transformateurs. Cherchez l’erreur.

Nicole OUVRARD



Téléchargement