Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 08 avril 2016

Bois : l’interdiction de pulvérisation du Forester repoussée au 30 juin


Une instruction de la Direction générale de l’alimentation publiée le 31 mars 2016 abroge l’ordonnance relative à la certification des exportations de grumes non écorcées traitées par un produit phyto de décembre 2015. Concrètement, « nous pourrons continuer à pulvériser du Forester jusqu’au 30 juin 2016 », explique Laurent Maréchaux, responsable de la communication du Syndicat de la filière bois (SFB). Ce produit phytosanitaire est utilisé par les forestiers pour traiter les grumes destinées à l’export. Les services du ministère avaient fixé la date du 1er avril pour interdire à nouveau le Forester en proposant des alternatives. Dans un communiqué, le ministère de l’Agriculture rappelle que ce traitement chimique est autorisé par dérogation depuis quinze ans sur les bois en bord de forêt. Cette méthode « devait évoluer », précise le ministère.

Néanmoins, les alternatives proposées par le ministère sont « inapplicables », reproche le SFB. L’écorçage est techniquement compliqué. « Les 58 écorceuses recensées ne couvrent pas les grosses régions d’exploitation », développe le SFB. L’autre solution serait de traiter au Forester, mais en conteneur. Reste que l’Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) n’a pas donné d’autorisation pour ce type d’utilisation. Un dossier a été déposé à l’Anses le 30 mars pour pouvoir utiliser le Forester, au-delà du 30 juin 2016, mais par brumisation en conteneur, plutôt qu’à l’extérieur. « Mais il y a entre six et huit mois d’attente », poursuit Laurent Maréchaux. Enfin, la filière estime que la fumigation par gaz de profume (produit phytopharmaceutique) est « dangereuse et inapplicable ». Enfin, le traitement thermique pourrait être la solution qui fait consensus. Mais il reste des points techniques à finaliser pour mettre en œuvre cette pratique.

CR



Téléchargement