Mettre du bois humide dans sa cheminée : pourquoi est-ce une très mauvaise idée ?

La période hivernale approche, et avec elle, le plaisir de se blottir au coin du feu. Mais pour profiter pleinement de sa cheminée, encore faut-il utiliser un combustible adapté.

On se demande souvent si l’on peut utiliser du bois humide pour chauffer sa maison. Dans cet article, nous vous expliquerons les raisons pour lesquelles il est déconseillé d’utiliser du bois humide et quels sont les risques encourus.

Pourquoi éviter le bois humide dans sa cheminée ?

Le bois humide présente plusieurs inconvénients majeurs lorsqu’il est utilisé comme combustible :

  • Rendement faible : le bois humide a un pouvoir calorifique inférieur à celui du bois sec. Cela signifie qu’il libère moins d’énergie lors de la combustion, et donc produit moins de chaleur.
  • Mauvaise combustion : le bois humide brûle moins bien que le bois sec. La combustion est donc moins efficace et produit davantage de fumée et d’émissions polluantes.
  • Encrassement rapide : la combustion incomplète du bois humide entraîne la formation de résidus dans votre cheminée ou poêle à bois, tels que la suie et les goudrons. Ceux-ci peuvent rapidement encrasser votre système de chauffage et réduire son efficacité.

Quels sont les risques liés à l’utilisation de bois humide dans sa cheminée ?

Outre les inconvénients évoqués précédemment, utiliser du bois humide dans sa cheminée peut également engendrer des risques importants :

  • Risque d’incendie : l’accumulation de goudron et de suie dans le conduit de la cheminée peut provoquer un feu de cheminée. Ce type d’incendie est particulièrement dangereux, car il est souvent difficile à maîtriser et peut se propager rapidement.
  • Risque pour la santé : la mauvaise combustion du bois humide génère une quantité importante de fumée et d’émissions polluantes, notamment des particules fines. Ces dernières peuvent être nocives pour la santé, en particulier pour les personnes fragiles (enfants, personnes âgées, asthmatiques).
  • Risque pour l’environnement : la combustion inefficace du bois humide entraîne une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (CO2) et de polluants atmosphériques (NOx, SOx). Ceci contribue à la dégradation de la qualité de l’air et au réchauffement climatique.

Comment bien choisir son bois pour éviter ces problèmes ?

Pour profiter pleinement de votre cheminée sans encourir les risques liés à l’utilisation de bois humide, voici quelques conseils pour bien choisir votre combustible :

  • Choisir du bois sec : le bois doit avoir un taux d’humidité inférieur à 20% pour être considéré comme sec. Pour vérifier cela, vous pouvez utiliser un humidimètre ou simplement frapper deux bûches l’une contre l’autre : si le son est clair et sec, le bois est probablement suffisamment sec.
  • Opter pour des essences adaptées : certaines essences de bois sont plus adaptées à la combustion que d’autres. Les essences de feuillus durs, tels que le chêne, le hêtre ou l’érable, sont particulièrement recommandées car elles ont un pouvoir calorifique élevé et brûlent proprement.
  • Stockage correct du bois : pour éviter que votre bois ne s’humidifie, il est important de le stocker dans un endroit sec et aéré. Veillez également à ce qu’il ne soit pas en contact direct avec le sol ou les murs pour éviter la remontée d’humidité.

En suivant ces conseils, vous pourrez profiter pleinement de votre cheminée tout en minimisant les risques liés à l’utilisation de bois humide. Alors n’hésitez pas à investir dans un bon stock de bois sec et à veiller à son stockage adéquat afin de passer des soirées hivernales agréables et chaleureuses !

Livio

Inspiré par les grands espaces et ses nombreuses aventures, Livio vous livre des conseils pratiques pour sublimer votre jardin et prendre soin de toutes vos plantations !

4.7/5 - (19 votes)

Partager cet article

Laisser un commentaire

Sharing is Caring

Help spread the word. You're awesome for doing it!