SOS Tomates : Comment lutter contre les 12 maladies les plus redoutables

Le roi du potager, c’est bien elle, la tomate. Sa popularité dans nos jardins n’est plus à prouver, mais être couronnée ne l’épargne pas pour autant des maladies. En tant que jardinier aguerri ou débutant, il est nécessaire de comprendre, reconnaître et traiter ces maladies pour garder vos plants en bonne santé.

Les maladies foliaires des tomates : symptômes et traitements

Commençons par les maladies qui attaquent les feuilles de vos plants de tomates. En voici trois à surveiller :

  • Le mildiou : caractérisé par des taches jaunes sur la face supérieure des feuilles qui deviennent rapidement brunes et duveteuses. Lorsque vous le détectez, retirez et détruisez les feuilles touchées pour éviter sa propagation.
  • L’oïdium : une poudre blanche sur les feuilles, souvent à cause d’une mauvaise circulation de l’air. Espacez vos plants pour laisser l’air circuler et utilisez un fongicide si nécessaire.
  • La septoriose : des taches rondes avec des cercles concentriques, similaires à un œil. Comme pour le mildiou, retirez les feuilles touchées et traitez avec un fongicide.

Les maladies du fruit de la tomate : identifier pour mieux agir

Les fruits eux-mêmes peuvent aussi être affectés par des maladies. Les voici :

  • La nécrose apicale : un brunissement à la base du fruit, souvent dû à une carence en calcium ou à un arrosage irrégulier. Veillez à l’apport en nutriments et à l’irrigation régulière.
  • Le cul noir : un symptôme similaire à la nécrose apicale mais qui affecte le bas du fruit. Les mêmes solutions s’appliquent ici.
  • L’anthracnose : des taches sombres et déprimées sur le fruit. Assurez-vous de bien espacer vos plants et d’appliquer un fongicide.

Maladies du pied et du système racinaire de la tomate : la base de votre plant en danger

Le système racinaire et le pied de votre tomate ne sont pas épargnés. Il faut veiller à :

  • La pourriture du collet : un rétrécissement à la base de la tige qui cause le flétrissement de la plante. Évitez de trop arroser et favorisez le drainage.
  • La pourriture des racines : un flétrissement général de la plante, malgré un arrosage suffisant. Assurez-vous d’un bon drainage et évitez les sols trop humides.
  • La fusariose : un jaunissement des feuilles qui progresse vers le haut de la plante. Tournez vos cultures et utilisez des plants résistants si possible.

Maladies virales et bactériennes des tomates : l’ennemi invisible

Les virus et les bactéries peuvent aussi être des ravageurs. Veillez à :

  • La mosaïque du tabac : des taches vert clair sur les feuilles, formant une sorte de mosaïque. Évitez de fumer près de vos plants, le virus peut être transmis par le tabac.
  • Le flétrissement bactérien : un flétrissement soudain de la plante, sans signes préalables. Évitez d’arroser par aspersion, cela peut propager la bactérie.
  • La tache bactérienne : des taches noires sur les feuilles et les fruits. Utilisez des plants résistants et évitez d’arroser par aspersion.

Point final : La tomate, une reine qui a besoin de soins

Chaque plant de tomate est un investissement de temps et d’amour. Avec ces connaissances en main, vous êtes désormais mieux préparé pour affronter les maladies qui menacent votre potager. Prenez soin de vos tomates, et elles vous le rendront avec une récolte abondante et savoureuse.

Livio

Inspiré par les grands espaces et ses nombreuses aventures, Livio vous livre des conseils pratiques pour sublimer votre jardin et prendre soin de toutes vos plantations !

4/5 - (12 votes)

Partager cet article

1 réflexion au sujet de « SOS Tomates : Comment lutter contre les 12 maladies les plus redoutables »

Laisser un commentaire

Sharing is Caring

Help spread the word. You're awesome for doing it!