Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Lundi 27 juillet 2009 | salaisons

Unicopa cède Brocéliande à Cooperl Arc Atlantique


Cooperl Arc Atlantique entre dans le club des 10 principaux salaisonniers français en faisant l’acquisition de Brocéliande que lui vend Unicopa. Celui-ci est de plus en plus concentré sur ses activités agricoles.


La cession par le groupe coopératif Unicopa (Morlaix, Finistère) de sa branche « salaisons », Brocéliande, à Cooperl Arc Atlantique (Lamballe, Côtes d’Armor) devait avoir lieu vendredi 24 juillet. Le groupe porcin, plus gros producteur et abatteur de France était un petit intervenant dans le monde de la salaison, avec 27 000 tonnes produites en 2008. En faisant l’acquisition de Brocéliande et de ses quatre unités industrielles – plus de 50 000 tonnes, majoritairement du jambon pour un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros avec près de 1 400 salariés équivalent temps plein (chiffres 2007) –, Cooperl Arc Atlantique entre d’un coup dans le « top ten » des plus gros charcutiers industriels français.
Unicopa, lui, continue de se désengager de ses activités industrielles. Après avoir cédé la majorité des parts dans ses branches « volaille » en 2008 (poulet export comme volailles fraîches), puis en nutrition animale en 2009, le groupe de Morlaix quitte la charcuterie-salaison. En industrie, il ne lui reste plus qu’une participation minoritaire (36,5 %) dans Entremont-Alliance, auprès de la CNP (Albert Frère). Mais c’est une position qui le fragilise compte tenu de l’ampleur des pertes engrangées par le groupe fromager, dans la tourmente des cours laitiers mondiaux.
Rien, le 24 juillet, n’avait encore filtré sur les intentions industrielles, marketing et commerciales de Cooperl Arc Atlantique dans Brocéliande. Pour Unicopa, en revanche, la cession de Brocéliande le concentre sur ses activités agricoles, celles des 10 000 adhérents de ses structures de production, Eolys (lait, végétal et agrofourniture) et Pigalys (porc).
(FJ)