Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 25 novembre 2016

Londres et New-York, hot spots pour la consommation de vin


Une majorité de Londoniens et de New-Yorkais millennials (de 21 à 35 ans) consomment du vin plusieurs fois par semaine, indique une étude présentée le 24 novembre par l’agence de conseil française Sowine et réalisée par le paneliste international SSI. Illustration d’un modèle culturel viticole récent.


Plus de la moitié des jeunes Londoniens (52% des 21-35 ans) et des jeunes New-Yorkais (59%) déclarent boire du vin « plusieurs fois par semaine », fréquence surprenante par son importance, par rapport aux habitudes françaises telles que rapportées par les sondages. L’étude porte, il est vrai, sur un milieu restreint, loin de représenter l’Amérique et l’Angleterre profondes.

L’image typique d’une civilisation urbaine qui découvre le vin

Ce sondage est d’autant plus intéressant que les jeunes générations préfigurent la consommation de demain et que Londres et New-York représentent la civilisation urbaine sans a priori ni complexes par rapport à la consommation de vin. Dans ces deux cités, la culture du vin « est une page blanche » pour les jeunes générations, a commenté Marie Mascré, directrice associée de Sowine. En effet, autant en France et en Espagne, pays où la consommation de vin s’érode, le vin est connoté « boisson des parents », avec cette image légendaire du « vin-aliment » qui servait de carburant à une population composée en majorité de travailleurs manuels, autant à Londres et à New-York, rien de tout cela dans l’inconscient des jeunes générations. « Les jeunes Américains cherchent à se démarquer de leurs parents qui buvaient surtout du vin blanc sucré », de la bière et du whisky, a précisé Marie Mascré.

Du côté du goût, les préférences aromatiques des Londoniens et plus encore des New-Yorkais se rapprochent des caractéristiques du bordeaux : le vin rouge arrive en tête du plébiscite (43% chez les premiers, 44% chez les seconds), devant le vin blanc (26% et 35%) et le rosé (23% et 17%). Et le merlot, cépage représentatif du bordeaux rouge, remporte la mise (27% et 34% respectivement), devant le pinot noir (23% et 24%).

Cette étude, réalisée par le paneliste international SSI (Survey Sampling International), a été effectuée sur 300 Londoniens et 300 New-Yorkais de 21-35 ans et a été présentée par les organisateurs du salon Vinisud, qui se tiendra fin janvier à Montpellier.

À Londres et à New-York la culture du vin « est une page blanche » pour les jeunes générations

Vinisud se tient désormais tous les ans

Vinisud, salon des vins méditerranéens, passe en périodicité annuelle, alors qu’il se tenait  toutes les années paires, a rappelé son commissaire général, Ahmad Monhem. Il se déroulera les 29, 30 et 31 janvier à Montpellier. Cette nouvelle périodicité de Vinisud a provoqué des tensions avec le Millésime Bio, salon international du vin bio, qui se tiendra quasiment au même moment (les 30 et 31 janvier et 1er février). En 2017 le Millésime Bio aura lieu à Marseille et non plus à Montpellier. Pour éviter d’attiser la guerre des salons viticoles, « nous avons fait en sorte d’être positionnés sur les créneaux les plus distincts possible », a commenté Ahmad Monhem.

Dans ce contexte de compétition des salons viticoles, où Vinisud et le Millésime Bio sont en partie concurrents, et où Vinexpo, le grand salon international qui se tient à Bordeaux toutes les années impaires en juin, a connu une chute de fréquentation en 2015, apparaît un nouveau salon du vin, Vino Vision, qui se déroulera tous les ans en février à Paris sur le thème des vins septentrionaux (vins de Loire, de Bourgogne, du Beaujolais, de Champagne). Cela sur fond de domination de Prowein, salon géant allemand du vin qui se tient tous les ans vers le 20 mars.

MN



Téléchargement