Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 02 février 2018

Le scénario 100 % de gaz renouvelable en France passe par la méthanisation


L’Ademe a publié une étude de faisabilité technico-économique pour atteindre 100 % de gaz renouvelable en 2050. La méthanisation et l’agriculture seraient indispensables à la réalisation de ce scénario.


L’Ademe a publié le 30 janvier une étude de faisabilité technico-économique d’un scénario à 100 % de gaz renouvelable en France en 2050. Pour atteindre cet objectif, trois filières de production ont été identifiées : la pyrogazéification (production de méthane à partir de bois), le "power-to-gas" (production de méthane à partir d’eau) et la méthanisation. Si les experts ont planché sur quatre scénarios d’approvisionnement du réseau à partir de ces trois sources, ils les ont construits en posant une hypothèse commune de départ, à savoir la baisse globale de 34 % de la demande en gaz qui passerait de 460 TWh actuellement à 300 TWh en 2050.

Généraliser les cultures intermédiaires

Quel que soit le scénario d’approvisionnement, l’Ademe affirme que des changements seront nécessaires « dans le secteur agricole, avec notamment la généralisation des cultures intermédiaires et de la méthanisation comme outil énergétique et agronomique ». Par ailleurs, « la production massive de gaz renouvelable impliquera une gestion plus décentralisée du réseau » (par exemple le déploiement des canalisations de collecte).

Des pistes à explorer

Les experts précisent que « les hypothèses prises pour définir les différentes ressources, en particulier celles de la biomasse, comportent des incertitudes (par exemple l’évolution des systèmes agricoles et forestiers ou encore l’acceptabilité sociale des projets) qu’il est nécessaire de continuer d’évaluer pour les conforter. » En outre, dans tous les scénarios, le développement de gaz renouvelable contribue à renforcer l’indépendance énergétique de la France ce qui « aurait un impact positif sur l’ensemble de l’économie française, en termes de balance commerciale, d’activité économique et d’émissions de CO2 évitées. » Ces externalités positives n’ont pas été quantifiées dans l’étude, mais elles pourraient l’être.

« La production massive de gaz renouvelable impliquera une gestion plus décentralisée du réseau »

CR



Téléchargement