Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 26 janvier 2018

Grand contournement ouest de Strasbourg : l'Etat proroge la déclaration d'utilité publique


Dans un communiqué diffusé le 23 janvier, le ministre de la Transition écologique et la ministre des Transports ont annoncé que la déclaration d'utilité publique (DUP) du Grand contournement ouest de Strasbourg est prorogée pour huit ans. Ce projet d'autoroute porté par Arcos, filiale de Vinci, avait été suspendu fin 2017 «en raison d'imperfections dans le dossier de compensation proposé par le maître d'ouvrage». Les nouveaux correctifs portent notamment sur le foncier agricole. «L'impact environnemental de son aménagement devra être maîtrisé et limité au maximum pour la biodiversité présente dans ces espaces», précisent les deux ministères. L'emprise du projet sur le foncier agricole est de 300 ha.

Mais le 15 décembre, le Conseil national pour la protection de la nature (expertise scientifique et technique de la biodiversité) avait émis un second avis défavorable au projet de contournement ouest de Strasbourg. « L’objectif d’absence de perte nette de biodiversité ne peut être atteint dans l’état des propositions faites par le pétitionnaire », lit-on dans l’avis qui a été publié le 24 janvier sur le site du ministère de la Transition écologique, c'est-à-dire le lendemain de l'annonce de Nicolas Hulot et Élisabeth Borne sur la prorogation de la DUP.

Contacté par Agra Presse, Michel Métais, président de la Commission espèces et communautés biologiques du CNPN et signataire de l’avis, explique : « Le plus important pour le CNPN est que nos critiques soient prises en compte ». Comment peuvent-elles l’être à ce stade, alors que les ministres ont autorisé le projet d'autoroute ? Selon Nicolas Hulot et Élisabeth Borne, « l’État délivrera l’autorisation environnementale unique en y intégrant l’ensemble des prescriptions complémentaires nécessaires ». Ils ajoutent que « la vérification du bon respect par le concessionnaire des engagements pris sera faite régulièrement par un comité de suivi, présidé par le préfet. » Le communiqué ne précise pas si le respect des engagements est obligatoire ou non.

L'emprise de ce projet sur le foncier agricole est de 300 ha

CR



Téléchargement