Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 14 avril 2017

De l’économie à la société


Xavier Beulin avait voulu intégrer le monde agricole dans les rouages de l’économie moderne, œuvrant pour des exploitations rentables grâce à un monde agricole puissant sur ses filières alimentaires.

Sans récuser cette approche, Christiane Lambert, la nouvelle présidente de la FNSEA, fait du lien avec la société l’axe fort de son mandat qui commence. Avec les consommateurs, il ne faut pas manquer le rendez-vous, insiste-t-elle. Ceci également dans une perspective de rentabilité des fermes françaises. Si le consommateur demande des efforts, de protection de la nature, de bien-être animal, de réduction d’emploi de la chimie, ces efforts doivent être rétribués aux agriculteurs. Et en tout cas, le consommateur doit cesser de s’adonner au jeu du moins cher et de l’importé quand il va faire ses courses.

Passant relativement bien auprès du grand public, Christiane Lambert est sans doute capable de transmettre ce message. Là où elle peut regretter d’avoir moins de réseau et de carrure économique que son prédécesseur, elle peut se targuer en revanche de mieux passer auprès du citadin, d’exercer un charme plus efficace. Et par les temps qui courent de médias tous puissants, le charme n’est pas un vain mot.

Est-ce que cela suffit pour constituer, concevoir une stratégie, un positionnement, une cohérence syndicale ? Ce n’est pas sûr. Sans doute faudra-t-il qu’elle s’entoure davantage de têtes pensantes, de praticiens voire de théoriciens pour bien ancrer le monde agricole et son principal syndicat dans la modernité économique et sociétale du XXIè siècle.

Hervé Plagnol, rédacteur en chef



Téléchargement