Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 28 juillet 2017

Chèque en blanc


Mais jusqu’où ira-t-on ? Le feuilleton sur les cafouillages autour des aides Pac continue. Quand cet horrible cauchemar va-t-il s’arrêter ? Alors que le ministère de l’Agriculture n’est pas capable de payer en temps et en heure les aides Pac depuis deux ans, voilà qu’il annonce une ponction supplémentaire sur les aides du 1er pilier pour combler le trou à venir sur le budget du 2e pilier. Mais comment blâmer Stéphane Travert ? Il hérite d’une situation pour le moins compliquée. Il est arrivé juste au moment où la Cour des comptes pointait du doigt, dans son audit des finances publiques, que le ministère de l’Agriculture était en tête des risques de dérapage en matière de dépassement des dépenses publiques, en 2017. Alors, pas question d’aggraver la situation.

Mais ce n’est pas la seule surprise qui attendait le nouveau ministre de l’Agriculture : voilà qu’il manque la bagatelle d’un milliard d’euros pour payer les aides du 2e pilier de la Pac d’ici 2020. Le comble, c’est qu’en 2015 et en 2016, on n’a pas consommé la totalité de cette enveloppe ! Alors, Stéphane Le Foll a assoupli les règles d’attribution des aides de l’ICHN et les aides bio juste avant de quitter son ministère. En fait, il est allé au bout de sa logique, en tant que socialiste, dans le soutien des exploitations bio et d’élevage en zones défavorisées. Mais il a fait un chèque en blanc. Et ce sont aujourd’hui les exploitations de grandes cultures et les fermes laitières de plaine qui vont trinquer. Et certains syndicats agricoles ont beau jeu de se scandaliser alors qu’ils ont eux-mêmes réclamé pendant des mois ces changements de modalités d’attribution.

Nicole OUVRARD



Téléchargement