Identification Abonnement

Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Vendredi 17 mars 2017

Bon anniversaire (?)


Le 60e anniversaire des traités de Rome sera célébré le 25 mars dans la capitale italienne par les dirigeants européens, des Vingt-sept du moins, qui adopteront à cette occasion une déclaration sur l’avenir de l’Union. C’est après cette réunion, et probablement pas avant pour éviter une faute de goût diplomatique, que le Royaume-Uni donnera le coup d’envoi des négociations sur les modalités de sa sortie de cette même Union. La première ministre britannique Theresa May peut lancer les hostilités quand elle veut, la reine Elizabeth ayant donné son « consentement » final le 16 mars. Le même jour, et au lendemain d’élections aux Pays-Bas où le populiste et « anti-système » Geert Wilders n’a tout de même pas obtenu le score qu’il escomptait, le commissaire européen Phil Hogan profitait de sa présence au congrès des producteurs de lait français pour rappeler que la Pac offre au secteur agricole des garanties que, par exemple, Londres n’aura pas les moyens d’octroyer au niveau national après 2020. Et pour mettre en garde, de façon générale, contre les responsables politiques qui « vendent des rêves complètement déconnectés des faits et de la réalité ». Le commissaire à l’agriculture a même évoqué un véritable cauchemar pour les Britanniques : un accord bilatéral de libre-échange avec les États-Unis destiné à compenser les pertes économiques découlant du Brexit, mais avec un prix à payer qui serait « l’introduction de bœuf aux hormones ou de poulet chloré au Royaume-Uni ». Ce que l’UE, elle, n’accepterait « jamais ». Reste que, pour rassurer vraiment, les Vingt-sept devront, à Rome, se montrer convaincants sur les moyens de mettre de l’ordre dans la maison européenne.

Matthieu BROCART



Téléchargement