Mot de passe oublié ?

Effectuer une recherche

 

Nouvelles valorisations

Tous les articles de la rubrique

Innovation

lundi 20 février 2012

Bruxelles appelle à investir dans la bioéconomie


La Commission européenne a adopté une stratégie pour développer l’utilisation des ressources de la biomasse en Europe dans la production d’aliments, d’énergie et de bioproduits. Cette politique pour une bioéconomie ne dispose pas de budget spécifique, il s’agit de faire prendre conscience aux Etats-membres de la nécessité d’investir et de mieux articuler les politiques dans ce secteur.

La Commission européenne a adopté le 13 février une stratégie et un plan d’action visant une meilleure organisation de la « bioéconomie » dans les secteurs de l’agriculture, de la pêche et l’aquaculture, de la chimie du végétal et de la chaîne alimentaire (1). « Nous sommes trop lents, nous agissons de manière sporadique sans bien utiliser les résultats de la recherche. Il faut un cadre européen plus solide » dans se domaine, a expliqué la commissaire européenne à la recherche et l’innovation, Maire Geoghegan-Quinn. Cette stratégie, « Innover pour la croissance durable : une bioéconomie en Europe », se déploie sur trois grands axes d’actions : mettre au point de nouvelles technologies et de nouveaux procédés pour la « bioéconomie », développer les marchés et la compétitivité dans les secteurs attenants, et inciter les responsables politiques et les parties prenantes à travailler plus étroitement ensemble. Le développement de la bioraffinerie en Europe (transformation de biomasse agricole ou agroalimentaire en énergie et bioproduits) est jugé particulièrement stratégique.

Utiliser les outils déjà à disposition

Mais aucun budget n’a été débloqué spécifiquement pour cette stratégie. « Il faut mettre en avant le potentiel et les bénéfices de la bioéconomie pour l’UE en passant par la gamme d’instruments existants. Il y en a suffisamment à disposition », assure Maire Geoghegan-Quinn. Et la nécessité d’accroître le financement public de la recherche et de l’innovation en faveur de la bioéconomie a été reconnue dans le cadre du futur programme de recherche de la Commission « Horizon 2020 », pour lequel un budget de 4,7 millions d’euros a été proposé au titre du défi « sécurité alimentaire, agriculture durable, recherche marine et maritime et bioéconomie ». La Commission estime que d’ici 2025, chaque euro investi dans des actions de recherche dans la bioéconomie financées par l’UE produira 10 euros de valeur ajoutée.
Certains pays de l’UE ont déjà mis en place une stratégie nationale dans ce domaine : c’est le cas de l’Allemagne, du Danemark, de la Finlande, de l’Irlande et des Pays-Bas. Ailleurs dans le monde aussi ce type de démarches se multiplie. Le Canada en a développé une. La Chine, les États-Unis et l’Afrique du Sud y travaillent.

400 000 emplois supplémentaires

Selon les services de la Commission, le secteur de la bioéconomie représente déjà dans l’UE un chiffre d’affaires de près de 2 000 milliards d’euros par an et emploie plus de 22 millions de personnes, soit 9 % de la population active totale de l’UE, dans l’agriculture, la sylviculture, la pêche, l’agroalimentaire, la production de pâte à papier et de papier, ainsi que dans certains secteurs de l’industrie chimique, des biotechnologies et de l’énergie. Et Bruxelles affirme qu’« une approche stratégique de la bioéconomie soutenue par des recherches importantes et des efforts d’innovation pourrait livrer plus de 400 000 emplois supplémentaires et un gain de PIB de plus de 0,4%, tout en contribuant de manière significative aux objectifs de la stratégie Europe 2020 et la Feuille de route pour passer à une économie sobre en carbone en 2050 ». La stratégie souligne également les possibilités de synergies et de complémentarité avec d’autres actions de l’Union européenne qui poursuivent les mêmes objectifs, telle que la Pac. Cette stratégie sera présentée aux Etats membres à l’occasion du Conseil « compétitivité » du 21 février.

(1) Voir n° 3335 du 30/01/12



(AG)

Imprimer cet articleRetour à la page d'accueilEnvoyer à un ami
Kiosque




Fruits et légumes : les producteurs obtiennent plus de contrôles à l’import
28/07/2014
 

Fruits et légumes : la FNSEA pointe du doigt les grossistes et les distributeurs
28/07/2014
 

Fruits: la Russie pourrait limiter ses importations en provenance de l'UE
28/07/2014
 

Fruits: le Modef organisera une rencontre avec les consommateurs
28/07/2014
 

Prairies: une pousse excédentaire dans l'Ouest, déficitaire dans l'Est
28/07/2014
 

Risque avéré d'introduction de la diarrhée épidémique porcine en UE, selon l'Anses
28/07/2014
 

Le Marché du porc breton (MPB) malmené par les cours allemands
28/07/2014
 

Rabobank: les cours du porc vont continuer de battre des records ... aux USA
28/07/2014
 

Chambres d'agriculture: la CR désapprouve le projet de ponctions budgétaires
28/07/2014
 

Etats-Unis : BNP Paribas condamnée pour une fraude dans l’export agricole
28/07/2014
 

Viande bovine: en Inde, la "révolution rose" continue malgré Modi
28/07/2014
 

Vin: vers une récolte supérieure à 2013 et 2012
28/07/2014
 

L’indice national des fermages augmente de 1,52% pour 2014
28/07/2014
 

Affaire de la vache folle: non-lieu général rendu par les juges
28/07/2014
 

Tilly-Sabco: l'activité maintenue en septembre selon la CGT
28/07/2014
 

Biocarburants : Total lancera à l'automne le chantier BioTfuel à Dunkerque
28/07/2014
 

Les agriculteurs français ont plus ressenti de dégradation économique que les allemands
28/07/2014
 

Moisson 2014: la qualité inquiète la chambre d'Agriculture d'Ile de France
28/07/2014
 

Loi d'avenir: le Modef apprécie "un premier pas positif"
28/07/2014
 

Bertrand Rival, nommé directeur de Légumes de France
28/07/2014
 

A nos abonnés
28/07/2014