Imprimer cet articleEnvoyer à un ami
Mercredi 16 avril 2014

Vignerons indépendants : des pistes pour rattraper le retard de l'oenotourisme français


Le congrès des Vignerons indépendants, qui s'est déroulé les 15 et 16 avril à Béziers (Hérault), a exposé à près de 500 vignerons des pistes pour que la France rattrape son retard en matière d'oenotourisme, le tourisme lié au vin, source de complément de revenu. « Les touristes américains consultent en moyenne 34 sites avant de décider d'une destination. Ils attendent de vous que vous soyez des professionnels de l'oenotourisme. Pour cela vous devez être repérés comme des hommes et des femmes apportant une note personnelle, au-delà du produit que vous mettez en avant », a déclaré le 16 avril Christian Mantéi, directeur général d'Atout France. Cet organisme, une agence placée sous la double tutelle du ministère des Affaires étrangères et de celui du tourisme, promeut l'image de la France à l'étranger. La veille, Sophie Lignon Damaillac, professeur de géographie maître de conférence à l'université Paris IV Sorbonne, a montré que l'oenotourisme est développé en Californie, Chili, Afrique du Sud et surtout Espagne. Mélanie Martel, vigneronne à Bollène dans le Vaucluse, indiqué que l'oenotourisme représente 27% de son chiffre d'affaires.